OUVERT DE 8h à MINUIT TOUS LES JOURS* JUSQU’AU 21 SEPTEMBRE ET DE 8h à 21H30 LE 22 SEPTEMBRE 2019

PENSEZ À RESERVER À L’AVANCE – NOUS NE POURRONS PAS GARANTIR LA DISPONIBILITÉ AUX CAISSES SUR SITE POUR LE JOUR MÊME

* SAUF LES 9, 12 ET 19 SEPTEMBRE : L’EXPOSITION ET SA BOUTIQUE FERMENT À 22H30

La famille de Toutânkhamon – chapître II : Tiyi, la grand-mère

Actualités

Actualités

La famille de Toutânkhamon – chapître II : Tiyi, la grand-mère

Grande épouse royale d’Amenhotep III, la reine Tiyi est restée dans l’Histoire pour le rôle important qu’elle joua d’abord auprès de son mari, puis auprès de son fils, le pharaon Akhénaton.

Originaire d’Akhmîm, ville sacrée du dieu Min en Haute-Egypte, Tiyi est la fille de Youya et Touya, deux hauts dignitaires bien connus qui eurent l’immense privilège d’être enterrés dans la Vallée des Rois. Le mobilier funéraire de la tombe de Youya et Touya, les beaux-parents d’Amenhotep III, est parvenu jusqu’à nous dans un remarquable état de conservation et rappelle celui de Toutânkhamon à bien des égards, même s’il est moins bien fourni : char, parures, meubles et objets proprement funéraires, parfois inscrits au nom de Satamon, fille d’Amenhotep III et de Tiyi décédée prématurément ont été découverts dans la tombe des parents de Tiyi, dont la famille faisait partie de l’entourage du roi. La reine Néfertiti, épouse d’Akhénaton, et le vizir et roi Aÿ, successeur de Toutânkhamon, sont probablement tous deux originaires d’Akhmîm et pourraient avoir été apparentés à Tiyi ; ces trois personnages témoignent en tous cas de l’importance de cette ville de Haute-Egypte pour la famille royale à la fin de la XVIIIe dynastie.

Les représentations de la reine Tiyi datées du règne d’Amenhotep III sont nombreuses : elle est souvent figurée aux pieds des gigantesques colosses de son époux, l’assistant dans sa tâche en jouant son rôle de mère et d’épouse. Comme toutes les reines égyptiennes, Tiyi a un également une fonction liturgique et prend part aux cérémonies officielles avec Pharaon. Elle met au monde les enfants du roi – et notamment son héritier -, démontrant ainsi la vigueur d’un souverain et contribuant à former une famille modèle conforme à la Maât, l’ordre social et naturel du monde dont les rois d’Egypte sont les garants.

La reine Tiyi a aussi un rôle diplomatique, et encore sous le règne de son fils : elle est d’ailleurs mentionnée dans la correspondance diplomatique connue sous le nom de « Lettres d’Amarna », retrouvée dans la capitale d’Akhénaton. Ces archives rédigées sur tablette d’argile en akkadien, la langue diplomatique de l’époque, contiennent les copies des lettres qu’Akhénaton échangea avec ses homologues régnant en Orient. Ayant survécu à son époux, Tiyi est convoquée comme témoin des engagements pris par Amenhotep III auprès de souverains qui correspondent avec son fils et successeur, Akhénaton.

Tiyi meurt au milieu du règne de son fils. Inhumé dans la tombe royale d’Amarna dans un premiers temps, son corps est ensuite ramené dans la région thébaine puis déposé dans la sépulture de son époux, Amenhotep III, sans doute au début du règne de Toutânkhamon. Celui-ci emmène d’ailleurs dans sa propre tombe une mèche de cheveux dont on considère souvent qu’il s’agit d’un souvenir de sa grand-mère, qu’il n’a pourtant pas vraiment connue. Plus tard, à la XXIe dynastie, le corps de Tiyi est transféré une nouvelle fois en compagnie d’autres momies royales, dans la tombe d’Amenhotep II, et ce pour la protéger des pillages de plus en plus fréquents dans la Vallée des Rois.

Retour à l’ensemble des actualités

Ce site utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En utilisant notre site Web, vous consentez à tous les cookies conformément à notre politique en matière de cookies.